Dernières actualités

Les entreprises qui ont créé ou acquis un établissement en 2016 ont jusqu'au 31 décembre prochain pour souscrire une déclaration de cotisation foncière des entreprises (CFE).
5 déc. 2016
Les associations et les fondations ont reçu plus de 4 milliards d'euros de dons en 2015.
5 déc. 2016
Toutes les entreprises du régime général devront passer à la déclaration sociale nominative en phase 3 pour la paie de janvier 2017.
5 déc. 2016
Les juges peuvent désormais s'appuyer sur un barème facultatif pour fixer le montant des dommages et intérêts dus en cas de licenciement injustifié.
2 déc. 2016

Questions / Réponses

  • Audit légal et audit contractuel, quelle différence ?

    On parle d’audit légal lorsque le commissaire aux comptes doit assurer aux actionnaires et aux tiers, que les états financiers qui leur sont présentés, donnent une image fidèle des performances et de la situation financière de l’entité. Au travers un audit contractuel, le commissaire aux comptes fournit une réponse adaptée aux besoins spécifiques de son client. Cette intervention a lieu dans un cadre contractuel et est définie librement entre le commissaire aux comptes et son client. Important : un commissaire aux comptes peut proposer une mission d’audit contractuel à un client pour lequel il intervient dans le cadre d’un audit légal.

  • En quoi un expert comptable et un commissaire aux comptes sont-ils différents ?

    L’expert comptable vous accompagne objectivement vers la viabilité de vos projets de développement. Il vous conseille et vous assiste dans la gestion de votre entreprise. Il établit les comptes annuels et à chaque fin d’exercice, il vous fournit un bilan « sincère » de votre activité. Le commissaire aux comptes lui, contrôle la fiabilité de vos comptes et veille au bon fonctionnement de votre société au travers de la certification de vos comptes annuels. Il peut également émettre des avis et des recommandations. Important : le commissaire aux comptes et l’expert comptable sont complémentaires. Votre expert comptable ne peut pas être votre commissaire aux comptes !

  • Un commissaire aux comptes, pour quoi faire ?

    La certification des comptes d’une entité est un véritable label de confiance pour vos partenaires, clients et investisseurs. La nomination d’un commissaire aux comptes obligatoire sous certaines conditions et suivant la forme sociale de l’entreprise, peut toutefois se révéler précieuse pour une entreprise qui souhaite ouvrir son capital à de nouveaux investisseurs ou quand des associés ne participent pas à l’activité. L’analyse et les recommandations formulées par le commissaire aux comptes sont des révélateurs de risque et de dysfonctionnement pour une société. Des axes d’amélioration dans le fonctionnement même de l’entité sont également apportés par le rapport du commissaire aux comptes.

  • Qui nomme le commissaire aux comptes ?

    Ce sont les actionnaires de la société ou les membres d’une association, qui nomment pour 6 exercices comptables un commissaire aux comptes titulaire et un commissaire aux comptes suppléant. Cette nomination est obligatoirement constatée par un écrit dans un procès-verbal d’une Assemblée Générale. Le commissaire aux comptes est choisi parmi les personnes inscrites sur la liste des commissaires aux comptes, disponible et consultable au Greffe du Tribunal de Commerce ou auprès de la Compagnie nationale des Commissaires aux Comptes (CNCC).